AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 - neon bible -

Aller en bas 
AuteurMessage
Georgie Kendle
love me like you do.
avatar

Messages : 38
Avatar : Kaya Scodelario
© + pseudo : © iceandfire/wildhunger&tumblr ❖ milkovich, Mathilde.
Age : twenty-two yo.
Job + $ : young violinist for a famous orchestra. ($$$$$)

living the young years
Adresse:
Notebook/Contact list:
Disponibilité + dc: (3/3) free + uc

MessageSujet: - neon bible -   Ven 13 Fév - 11:39

Georgie Kendle
A vial of hope and a vial of pain In the light they both looked the same Poured them out on into the world On every boy and every girl It's in the Neon Bible, the Neon Bible.
Georgie Kendle : Georgie, elle porte le nom de son arrière grand-mère paternelle. Harper est son deuxième prénom, mais elle l'utilise très peu sauf quand il s'agit de papiers officiels. Kendle, un patronyme qu'on aperçoit de temps en temps dans les journaux. Ses parents sont assez connus dans le domaine de la justice et de la finance.    SURNOMS : La plupart des gens la surnomme Gigie. ÂGE ET DATE DE NAISS. : 22 printemps, un certain huit janvier. NATIONALITÉ ET LIEU DE NAISS. : Américaine, née à Boston. ORIGINE, LANGUES PARLÉS : Anglaises du côté de maman. L'anglais, le français, l'allemand et le suédois, ça a servi d'avoir des gouvernantes de différentes origines. NIVEAU D'ÉTUDES : Elle a suivi un parcours scolaire différent, mais possède quand même, un bon niveau d'étude. BOULOT OU TYPE D'ÉTUDES : La belle a suivi des cours à domicile sous la garde de ses gouvernantes, elle n'a donc jamais été dans un établissement scolaire. Elle est entrée dans une école d'art à l'âge de dix-neuf ans, elle y est resté seulement un an, car on lui a offert une place de violoniste dans un célèbre orchestre de Boston. REVENU MONÉTAIRE : Ce petit minois est née avec une cuillère en argent dans la bouche.  ($$$$$$). ORIENTATION SEXUELLE : Elle a toujours aimé les hommes. STATUT MATRIMONIALE : Ça fait mal de tomber amoureuse, alors que tu sais que tu peux mourir à tout moment. NB D'ENFANTS : Aucun, elle n'est même pas certaine d'en avoir un jour. TRAITS DE CARACTÈRE : Cultivée, pessimiste, loyale, réservé, un brin fleur bleue, curieuse, têtue,  maladroite, observatrice, rancunière, boudeuse, enfantine, nunuche, sportive, créative. GROUPE :  in the lonely hour.  CRÉDITS : tumblr & quote ; arcade fire.

{ truly, madly and completely love you }
On lui a diagnostiqué une tumeur du cerveau, cette année, la veille de son anniversaire. ✯ Elle suce encore son pouce pour s'endormir. ✯ Elle n'a jamais eu de relations sérieuse avec un garçon. Le plus souvent, il se foutait royalement d'elle, ils voulaient son argent, c'est tout. ✯ En plus du violoncelle, elle sait jouer de la guitare et du piano. ✯ Elle lit beaucoup. Notre-Dame de Paris, Les Contemplations, Madame Bovary, Anna Karénine, Sur la route et Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur sont ses livres fétiches. ✯ Durant son enfance, elle pratiquait beaucoup de sports tels que le tennis, le golf et de l'équitation. Elle a malheureusement stoppé certains, mais elle se débrouille toujours lorsque son père lui demande de jouer avec elle. ✯
 
Soulignez ce que vous préférez.
Chocolat ou vanille
Douche ou bain
iPhone ou iPad
Livre en papier ou Ebook
Passé ou futur
Séries ou films
The O.C. ou HIMYM
Décrivez en un seul mot
Fille - coquetterie.
Garçon - imprévisible.
Mariage - irréalisable.
Enfants - amusement.
Parents - soutien.
École - inconnu.
Boulot - .


starts and endings:
 


Dernière édition par Georgie Kendle le Ven 13 Fév - 13:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georgie Kendle
love me like you do.
avatar

Messages : 38
Avatar : Kaya Scodelario
© + pseudo : © iceandfire/wildhunger&tumblr ❖ milkovich, Mathilde.
Age : twenty-two yo.
Job + $ : young violinist for a famous orchestra. ($$$$$)

living the young years
Adresse:
Notebook/Contact list:
Disponibilité + dc: (3/3) free + uc

MessageSujet: Re: - neon bible -   Ven 13 Fév - 11:41


Well oh oblivion is calling out your name
You always take it further than I ever can.

»


huit janvier 2015
Les yeux vers le sol, elle n'entendait plus rien autour d'elle à part son cœur qui battait plus fort que d'habitude. Son souffle chaud qui réchauffait le bout de ses doigts glacés. Elle senti une main se déposer sur son épaule, celle de son père. Une main rassurante, une main qui disait que tout ira bien, tu es forte ma fille. Et si cela pouvait être vrai. Elle regarda le médecin qui venait de lui annoncer la terrible nouvelle. Il était convaincu qu'elle vaincra cette tumeur, il ferait absolument tout pour la sauver. Ce n'était même pas assez rassurant. Les larmes commencèrent à couler le long de ses joues rosées. Elle n'était qu'au premier stade, mais tout pouvait évolué en bien ou en mal, c'était ça le problème. Comment voulez vous avancer et faire des projets alors que vous ne savez pas si il vous sera possible de les réaliser? Rien que le mot "mourir" lui donnait la chair de poule. Savoir que tu peux rendre l’âme et ne plus jamais voir ce monde où tu es née. Ne plus sentir, toucher, goûter, voir, écouter. Ne plus se trémousser sur cette chanson que tu écoutais étant enfant, ne plus rire au éclat aux blagues de ton père, ne plus savoir aimer les gens, ne plus sentir le vent sur ton visage, ne plus admirer les nuages, ne plus se poser des questions, ne plus respirer, ne plus vivre. Cet instant où un monde s’effondre en un fragment de secondes. Elle avait peur de tout ça, ne plus savoir faire ses choses qui la rendait heureuse. Et si seulement quelqu'un arrivait à lui donner cette petite lueur d'espoir, cette infinité de joies dans son esprit anéanti.

=================
  
29 janvier 2015
Ses journées étaient devenues monotones, elle ne les vivaient plus comme avant. Tout avait changé. Même son entourage la regardait autrement, ils avaient de la peine pour elle, de la pitié. Elle n'avait exactement plus sourit depuis environ un mois, deux semaines, trois jours, cinq minutes et trente-huit secondes. Les visites chez le médecin se finissaient parfois par des disputes ou par des larmes. Rien n'allait comme elle l'avait prévue. Ce qui la rendait paisible dans ces moment-là était de jouer du violoncelle. Cette passion pour cet instrument, cette mélodie qui la faisait voyager dans un autre monde dès qu'elle en jouait. Elle s’entraînait le plus souvent au calme sur la scène où elle et ses acolytes de l'orchestre se présentaient. Elle entendit la porte principale s'ouvrir, mais elle continua de se concentré. Elle avait les yeux clos, rien ne pouvait la déranger mise à part ce poids, cette sensation que quelqu'un vous regarde. Elle arrêta net et ouvra les mirettes pour voir qui était cet inconnu qui la fixait. Un homme, la vingtaine, vêtu d'habits de travail et ayant en main une serpillière. Il était appuyé sur un siège et il la regardait dans le blanc des yeux sans même un clignement. - Quoi? - Demanda-t-elle violemment. Un sourire malicieux se dessina sur le visage du garçon. - Continué, continué. Vous ne me dérangez pas. - Répondit-il en se posant sur un siège. Un soupire s'échappa de la bouche de la brunette. - Bien sûr, c'est évident, mais vous vous me dérangez. - Répliqua-t-elle en déposant son violoncelle sur ses genoux. - Vous êtes  timide à ce que je vois. - Disait-il en se rapprochant de la scène. - Peut-être... - Susurra-t-elle. - Peut-être? Moi, j'en suis certain. - Répondit-il en haussant les épaules. - Vous avez fini? - Demanda-t-elle en levant les yeux au ciel. - Non et je vais même te demander ton petit nom. - Répliqua-t-il dans la seconde. Elle hésita quelques secondes avait de se dire qu'elle n'avait plus rien à perdre. - Georgie et vous? - Il sourit. - Joli prénom. Appelles-moi Roi du monde - Débita-t-il en levant les bras comme un vainqueur. Elle le regarda comme-ci elle avait bien entendu ce qu'il avait dit. - Je suis sûr qu'à cet instant, tu as envie de me traiter de tous les noms, mais tu ne le feras pas, car tu es bien élevée, tu es cette petite fille à papa qui n'a jamais rien fait de mal, mais qui est au fond malheureuse, n'est-ce pas? - Il s'éloigna après ces quelques mots. Elle aurait pu garder cette haine en elle, mais elle n'en pouvait plus. - Salopard ! - Cria-t-elle. Il se retourna vers elle un peu étonné. - Ben dit donc, elle se rebelle, la demoiselle. - Elle le regarda la tête haute. - Cela te pose un problème? - Demanda-t-elle. - Aucun. Je crois que je t'ai assez ennuyer comme ça, je vais retourner à mes occupations. - Disait-il en pointant le saut d'eau. - Attends! Je veux vraiment savoir ton nom. - Insista-t-elle. Il ria. - Tu le sauras bien assez tôt, on se reverra un jour, on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve. - Disait-il en attrapant ses affaires et en s'en allant. Il avait certainement raison, on ne sait pas ce qui peut nous arriver.

=================
  
1 février 2015
Elle avait mené sa petite enquête sur le garçon d'entretien et avait récupérer de nombreuses informations. Il aurait été passé plusieurs séjours en prison pour voles, bagarres et depuis le verdict du juge, il serait contraint de passé la serpillière. Il s'appelait Connor Tyrwhitt. Son prénom résonna comme un écho dans la tête de Georgie.  Par après, elle eu d'énormes maux de têtes et quelques nausées furtives. Sa maladie la rongeait. Elle demandait même si elle ne s'aggravait pas. Elle décida sur un coup de tête d'aller voir Connor. Arrivé sur les lieux, elle se dirigea d'un bon pas vers le bureau des ouvriers. Elle frappa à la porte et entra. - Bien le bonjour belle demoiselle, que puis-je faire pour vous? - Demanda l'homme moustachu. - Je voulais savoir si un de vos ouvriers étaient présent, aujourd'hui... - Disait-elle timidement.  - Lequel? Vous savez, j'en ai beaucoup des petits gars. - S'exclama-t-il en lui adressant un sourire. - Il s'appelle Connor Tyrwhitt. - Répondit-elle en passant la main dans ses cheveux. - Oh lui! Attendez là, je vous le ramène. - Il se leva et alla dans la pièce à côté. Après quelques minutes, il se montra enfin. - Georgie, c'est bien ça? Bill m'a dit que c'était une fille qui me demandait, pas étonnant, mais bon je ne m'attendais pas à te voir toi. - Disait-il un peu gêné par la situation.  - C'est mon nom.  Hum.. Je voulais te revoir et puis, maintenant que j'en sais plus sur toi, ça m'intrigue. - Ses joues devinrent de plus en plus rouges. - Je prends mes affaires et après si tu veux, on peut sortir? - Demanda-t-il en lui adressant un sourire. - Avec plaisir. - Leur petit tour avait commencé en silence, mais Connor en décida autrement. - Comme tu sais des choses sur moi, il faut que tu m'en dises sur toi, sinon ce n'est pas juste. - Disait-il en la poussant lentement sur le côté. - Tu veux savoir quoi? - S'interrogea-t-elle. - Qui tu es, ce que tu aimes, ce que tu détestes, absolument tout dans les moindres petits détails. - Disait-il en lui adressant un clin d’œil. Elle respira profondément. - Qui je suis? Une fille à papa , bien élevée, mais qui a son petit caractère. - Répondit-elle en lui rendant son clin d’œil. - J'avais remarqué. C'est tout ce que tu avais à dire? - Insista-t-il. - Non. Mon violoncelle, c'est toute ma vie, sa mélodie me transporte dans un autre monde, mon monde. Je suis passionnée de littérature, je les dévore à pleines dents les bouquins. J'ai beaucoup de rêves, mais depuis quelques temps, je pense qu'ils ne se réaliseront pas...- Disait-elle en baissant les yeux. - Pourquoi? - Demanda-t-il curieusement. Elle prit son courage à deux mains et lui avoua la chose. - J'ai une tumeur, une tumeur la dedans. - Elle pointa son crâne pour lui montrer où avait été diagnostique sa tumeur. Il la regarda comme personne ne l'avait encore regarder. - Ça fou un choc ce genre de révélation. T'en est où dans tout ça? - Elle le regarda en haussant les épaules. - J'ai d'horribles maux de têtes, des nausées, j'ai même été paralyse durant une nuit. Je dois voir mon médecin demain. - Expliqua-t-elle. Un blanc s'installa entre les deux jeunes gens. - Je suis certaine que  j'aurais bientôt droit au discours de la chimio. Je ne comprends pas pourquoi ils continuent avec ça, cela ne marche qu'une fois sur deux. - S'énerva-t-elle. - Parce qu'ils ont de l'espoir, tu devrais en avoir. Tu es belle, intelligente et talentueuse. Ils ont de l'espoir pour des gens comme toi, pour des gens qui ne mérite pas cette fin tragique. Je sais que je viens de l'apprendre, mais faut pas que tu baisses les bras comme ça, vit ta vie et oublie cette chose qui t'es tombé dessus. - Des larmes commencèrent à couler toutes seules. - C'est facile à dire, mais c'est plus dur à faire. - Disait-elle en le regardant. Il l'attrapa pour la serrer dans ses bras. C'était presque des inconnus l'un pour l'autre, mais ils se considéraient déjà comme des amis qui se connaissaient depuis des années.    


=================
  
9 février 2015
Le médecin lui annonça qu'elle devait commencé une chimio à la fin du mois. Cela n'annonçait rien de bon. Assise sur un banc, elle attendait Connor pour qu'ils passent la journée ensemble. Elle commençait à s'attacher à se garçon, elle passait tout son temps libre avec lui mise à part les jours où elle devait répéter. Ils parlaient de tout et de rien, il l'aider à oublier sa tumeur durant quelques heures voir plus. - Hé! - S'écria-t-il en la voyait. - Bonjour. - Elle se leva pour le serrer dans ses bras, mais elle eu quelques étourdissements. - Ça va? - Demanda-t-il inquiet. - Oui, ça va. - Disait-elle se cramponnant à lui. - Je vais t'emmener quelques part. - S'exclama-t-il en la prenant comme une princesse. - D'accord, mais tu sais, j'ai des jambes, je sais marcher. - Rétorqua-t-elle. - Dans cet état, je ne crois pas. - Reprit-il en lui adressant un sourire. Elle connaissait par cœur la rue où il l'emmenait. Durant son adolescence, elle y allait souvent pour flâner, observer les moindres petits objets dans les vitrines, prendre un café et lire un bon bouquin en étant appuyé sur une façade. Ils s’arrêtèrent devant une boutique dont Georgie connaissait la propriétaire. Il la laissa descendre des ses bras et plongea son regard dans le sien. - Je te propose un truc. Tu as surement déjà vu que les gens qui était atteint de maladie créait une sorte de liste avec des choses à réaliser avant... Enfin tu as compris. - Disait-il un peu gêné. - Oui, j'ai compris. - Répondit-elle en hochant la tête. - Je parie que tu n'as jamais volé. - Demanda-t-il avec un petit sourire moqueur. - C'est exact, où est-ce que tu veux en venir? - Disait-elle nerveusement. Il se retourna vers la boutique et elle comprit ce qu'il avait derrière la tête. - C'est hors de question! - S'écria-t-elle en faisant demi tour. Il la rattrapa et la ramena devant la boutique. - Je choisi la première chose que tu dois faire et après, tu fais ce que tu veux. Juste un petit truc, allez s'il te plait. - Insista-t-il. - Tu es un grand malade. - Disait-elle en le tapant le bras. - Je sais. - Affirma-t-il. Elle entra dans la boutique, les mains moites. Elle tourna dans les minuscules rayon tout en gardant un œil sur Connor qui riait comme un abruti devant la porte. Elle chuchota qu'il était un homme mort. Elle n'avait vraiment pas envie de faire ce genre de choses, mais d'un autre côté, il ne pourrait jamais plus le faire si elle ne le faisait pas à cet instant. C'était le bon moment. Elle attrapa une babiole et la cacha en dessous de sa veste. Elle regarda une dernière fois la propriétaire. Elle n'avait pas eu le temps de sortir qu'elle criait déjà au voleur. En entendant les cris, elle se précipita vers Connor. - Cours! - S'écria-t-il en attrapa sa main. Arrivé au bout de la rue, ils stoppèrent, essoufflés par leur course. Georgie ria aux éclats. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus ressenti une sensation pareille, de l'adrénaline. - C'est agréable de te voir heureuse comme ça. - S'exclama-t-il. Elle ne rebondit pas sur ce qu'il avait dit et continua à marcher. Connor essaya d'attrapa sa main, mais elle l'enleva aussitôt. Vexé, il plongea ses mains dans les poches de sa veste. - Ne sois pas vexé, c'est juste que...- Déclara-t-elle. - Que quoi? Je sais qu'on se connait depuis très peu de temps, mais je me suis attaché à toi ces derniers jours. Tu es une chouette fille. - Elle n'osa pas le regarder dans les yeux. Elle aussi, elle s'était attaché à lui, mais il y avait un problème. - Je vais subir une chimiothérapie à la fin du mois, on ne pourra plus vraiment se voir, je n'ai pas envie de te faire du mal. Tu devrais passé du temps avec d'autres filles... - S'exclama-t-elle d'une voix tremblante. - S'il faut, je viendrais te voir tous les jours, je te laisserais pas tomber Georgie. Qu'est-ce que tu racontes? Je veux pas voir d'autres filles, c'est toi que je veux voir. En plus, on a encore jusqu'à la fin du mois. - Disait-il en la regardant. - Mais, le médecin va peut-être me dire que je dois la commencer plus tôt. - Rétorqua-t-elle. - Et alors? Je t'ai dis que je resterai auprès de toi jusqu'au bout, je vais même te le promettre et tu n'as pas le droit de m'empêcher, c'est mon choix. De toute façon, tu vas te battre, tu ne vas pas laisser cette misère te détruire, je ne veux qu'elle te détruise. - Sur ces quelques mots, Georgie ne savait plus quoi dire. Il allait vraiment rester auprès d'elle. Et si c'était lui? Sa petite lueur d'espoir.    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
- neon bible -
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Neon Genesis Evangelion - Les figurines
» Bible Pro 5 et Lightroom
» Neon Genesis Evangelion
» [REQUETE] Theme Sprint (couleur neon)
» GREEN LANTERN MINI NEON SIGN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LITTLEST THINGS. :: (THE FOG ROSE HIGH) :: LITTLE SNOW CASTLES-
Sauter vers: